Si Non Oscillas, Noli Tintinnare

 

Le tintement du carillon du portail de l'entrée du manoir fait osciller les tympans des invités qui sont déjà presque tous là. Ce doit être Johannes Kepler ou bien Roman Signer. Les deux seuls à manquer encore à l'appel. Au milieu de la foule, George Kubler parle depuis un petit moment déjà des formes du temps (4) avec Roger Caillois et Aby Warburg en sirotant un verre de vin.

 

« Le temps n'existe que parce qu'on lui donne une consistance », insiste-t-il.

« La matière! Voilà une chose qui ne ment pas. N'est ce pas Marie?! »

« Oui en effet! Et je pense que si mensonge matiériste il y avait, il ne viendrait que du simple fait de notre propre ignorance ou manque de connaissances en la matière! »

 

Ils éclatent de rire et lèvent leurs verres.

 

« Ordo ab chaos, l'ordre naît du chaos. »

 

Tiens, on dirait que Robert Smithson parle entropie avec Rudolf Steiner. Nikola Tesla et Winfried Otto Schumann eux discutent vibration et fréquence d'oscillation du champ magnétique terrestre... Une sorte de bibliothèque (6) de cristallisations sensibles des différents vins qui sont servis lors de la soirée, ainsi que des formats circulaires (7) plus importants, sont accrochés au mur. Comme pour rappeler aux invités les liens complexes existant entre le monde minéral et le monde végétal. Près du buffet, Polly Matzinger expose à Victor Vasareli sa théorie du danger à l'aide de petits fours en guise d'exemple de cellules immunitaires. Hugh Hefner apparaît soudain en haut des marches de l'escalier et en grand maître de cérémonie nous rappelle pourquoi nous sommes réunit.

 

« Et si observer le monde dans l'infiniment petit nous permettait en fait de regarder à la fois le passé, le présent et l'avenir? Non pas des temps figés dans leurs carcans respectifs mais en mouvement les uns par rapport aux autres. Sorte de danse atomique au sein d'un univers sans bord ni frontière. Un voyage au travers du temps et de l'espace (3) simplement en observant la naissance d'une simple pierre (1). Fulgurites (2) créées de manière artificielle, rencontre de l’énergie vibratoire et de la matière. L'espace ici n'est donc qu'une illusion (10). De face, des points, de coté, des lignes et à l'infini, des courbes (9). L’énergie et la lumière se jouant des caractéristiques que nous lui connaissons. Créant des espaces de projection intriqués qui pourraient tout aussi bien prendre la forme d'un hypercube ou d'un icositetrahedron (11) contenant toutes les réalités potentielles de ces espaces... Mais de là où nous sommes nous ne pouvons plus influencer l'avenir ni d'un monde ni de l'autre et nous resterons les spectateurs des conséquences de nos actions passées. Alors attendons ensemble la prochaine apocalypse (5) et n'oubliez surtout pas que le soleil brille toujours deux fois (8). »

(1) Stone Birth, 2017

(2) Fulgurites, 2015-2018

(3) Traveling Through Space And Time, 2019

(4) The Shape Of Time, 2019

(5) Waiting For The Next Apocalypse, 2018

(6) Cristallisations Sensibles, Bibliothèque, 2018

(7) Cristallisations Sensibles, Cercles, 2019

(8) Sun Always Shine Twice, 2019

(9) Folds, 2019

(10) Space Is Just An Illusion, 2019

(11) Icositetrahedron, 2019